Le training autogène de Schultz

Le training de Schultz apprend à se relaxer n'importe où, à n'importe quel moment, rien qu'en faisant appel à sa force de pensée.

Cette technique permet d'enrayer le stress en quelques minutes seulement.

La méthode

Ca démarrait toujours de la même manière : des battements cardiaques accélérés, les mains moites, les larmes à fleur de peau… Stéphanie s’en souvient : lorsqu’elle tirait trop sur la corde, qu’elle travaillait près de 60 heures de travail au bureau, c’était la crise de stress à coup sûr. « Je ne dis pas que je ne suis plus stressée aujourd’hui, mais je sais que je peux gérer plus facilement mon stress et mes émotions explique-t-elle. Grâce au training autogène de Schultz, j’ai appris à me détendre rapidement, quel que soit le lieu, même au bureau. » Terminé l'époque où cette directrice artistique fermait la porte de son bureau « quelques minutes pour s'effondrer comme une enfant ». Maintenat, quand elle ferme la porte de son bureau, c’est pour s’autorelaxer, et ça ne dure pas plus de trois minutes.

« Etre capable d'entrer dans un état de relaxation n’importe où, à n’importe quel moment du jour ou de la nuit, en toutes circonstances, en utilisant uniquement la force de sa pensée », telle est,  la proposition du training autogène de Schultz. Est-ce pour autant une méthode originale ? Son influence sur les différentes techniques de relaxation les plus répendues (elle a notamment donné naissance à la sophrologie) et son protocole extrêmement rigoureux, « qui consiste à répéter plusieurs fois d'affilé des phrases auto-suggestives et clairement codifiées, du genre “Je suis parfaitement relaxé” ou “Je suis calme et mon coeur bat de façon régulière”, explique Nathalie de Lasmin, psychothérapeute. Cette technique conduit progressivement la personne qui la met en pratique régulièrement à développer un réèl “conditionnement”, pour réussir quand il le veut à la contrôler  ses émotions. »

Si le training autogène de Schultz permet de contrer efficacement  les effets du stress et la fatigue passagère, le renforcement de la  mémoire, l'augmentation de la concentration, il est également recommandé dans certains cas d'affections cardiaques, d’hypertension artérielle, de dysfonctionnement respiratoire, de problèmes circulatoires…

Cadres surmenés, femmes enceintes, étudiants angoissés, séniors insomniaques, … Aujourd’hui, les à qui s'adresse cette technique de relaxation  ne manquent pas. Dispensés par la plupart des  psychothérapeutes, des sophrologues, des relaxologues, et même par quelques professeurs de sport, les cours sont de plus en plus répendus et l'on voit émerger au sein d'entreprises des ateliers relaxation ouverts aux employés. Les cours peuvent se pratiquer à domicile, en entreprise ou en cabinet. Après seulement quelques semaines de formation pour bien acquérir ces techniques et la méthode auprès d'un professionnel (à raison d’une ou deux séances par semaine), n'importe qui pourra pratiquer seul, au bureau ou à la maison.

Commencer au calme

La première étape avant d'entammer une séance consiste à se placer  dans un contexte calme et appaisant. Confortablement installé en position allongée ou assise (le dos rond, le menton vers la poitrine), les yeux fermés, tous les muscles vont être relâchés jusqu'à être parfaitement détendu, prononcer doucement la phrase : "je suis parfaitement calme". L'objectif est de rendre cette phrase aussi présente que possible pour générer un état d'auto-suggestion.

Après avoir  franchi cette première étape, la personne peut alors continuer le processus qui réside en deux exercices "fondamentaux" auxquels viennent s'ajouter quatre autres exercices "complémentaires".

 

Le training autogène de Schultz

Le rééquilibrage énergétique

C'est le premier objectif à atteindre

Deux formules sont utilisés pour atteindre un état de relâchement progressif. Le relâchement se fait des extrémités du corps vers le buste jusqu'à ressentir une sensation de lourdeur causé par le relâchement musculaire de son corps suivi d'une sensation de chaleur par l'augmentation de la température de son corps. Ce réchauffement trouve une explication dans la dilatation des vaisseaux sanguins et la régulation du flux sanguin. Une fois ce stade atteint, le pratiquant est en mesure de se relaxer en trois minutes seulement. Les sensations sont immédiates.

Pour parfaire cet état de relaxation déjà obtenu, quattre exercices complémentaires sont fondamenteaux

Le premier consiste à se concentrer sur son rythme cardiaque pour la réguler. Un exercice de concentration accentué par des positions de mains et la prononciation profonde de phrases clés.

Le deuxième consiste à atteindre un relâchement de sa musculature respiratoire, atteindre un état de respiration profonde proche de celui que l'on a en dormant.

Le troisième et quatrième exercice consiste à se concentrer sur son plexus solaire. En ce concentrer et en venant accentuer l'effet par des positions de mains, le pratiquant tente de ressentir de la chaleur.  Cette étape atteinte, le pratiquant se trouve dans un profond état de détente et de bien-être. L'exercice atteint son appogée à cette étape. Le pratiquant peut alors se recharger efficacement pour mieux reprendre son activité. Une réèlle sensation de relaxation et de repos est constatée chez la plupart des patients.

La reprise

Le retour à un état de tonicité doit faire l'objet d'une attention particulière. Plongé dans un état de relaxation, un retour trop hâtif peut provoquer des étourdissement ou un état de lourdeur. Quelques exercices de tonocité, une respiration profonde et l'ouverture des yeux se font de façon progressive pour reprendre sa vie active dans de bonnes conditions.

Le training autogène de Schultz rejoint en bien des points  l’autosuggestion, très largement pratiquée chez les psychothérapeuthes et les relaxologues. Lorsque l’on parvient à suivre ce processus dans sa globalité, il est ensuite possible d'apporter quelques modifications pour l'adapter à chaque individu. Certains utilisent ainsi des "formules organo-spécifiques", qui permettent d’agir sur une zone précise du corps. Cesser de fumer, combattre sa dépendance à l'alcool, améliorer son état de santé, réguler ses excès de colère, les résultats sont probants et fréquemment rencontrés.

C’est en 1932 que Johannes Heinrich Schultz, professeur de neurologie et de psychiatrie en Allemagne, fait paraître la première édition de son ouvrage traitant du training autogène. Quelques années après s’être enthousiasmé pour le mouvement psychanalytique et l’usage de l’hypnose, l’objectif de ce psychothérapeute de Berlin est établi : proposer une méthode thérapeutique moins longue, plus simple que l’analyse, et qui n’entraîne pas de risque de "dépendance" entre le patient et son thérapeute.

Ayant pour posture que le corps peut agir sur l’esprit  et que  la décontraction peut représenter l’élément essentiel d’une thérapie, Johannes Heinrich Schultz commence à travailler sur ’une série d’exercices d’auto-induction pour permettre aux individus de se conditionner. S’il ne transmit sa technique qu’aux seuls médecins, celle-ci est désormais adaptée et dispensée par de nombreux relaxologues, sophrologues et psychothérapeutes.

Relaxologue sur Google+